Association La SEVE

Les Jardins Humains

IMAGE TETE

Contexte

 

Afin de répondre aux nouveaux enjeux écologiques, économiques et sociaux de notre siècle, des solutions innovantes à l’échelle locale voient le jour et sont la preuve qu’un nouveau mode de vie plus respectueux de l’Homme et de la Nature est possible.

Partout dans le monde, des citoyens sont porteurs de projets basés sur l’agriculture vivrière, l’utilisation responsable de l’énergie, la mutualisation de bien et de services ou encore l’éducation alternative. Ces initiatives entrevoient ainsi la possibilité d’un nouveau modèle porté localement par les populations. Également en adéquation avec les nouveaux objectifs européens, régionaux et locaux du Vexin français,  notamment en terme d’écologie environnementale, elles portent un message fort de respect pour les générations futures dans une réelle dynamique de développement durable.

L’association la SEVE s’inscrit au cœur de ce mouvement avec le déploiement du projet « Jardin Humain » dans le but de redonner du sens à nos actions tout en répondant à nos besoins fondamentaux dans les villes, les villages et les quartiers.

.

45a21324d6081c54ca041de4ae228dfc

Concept des Jardins Humains

 

Un Jardin Humain est un jardin écologique et solidaire dont la seule et unique parcelle est entretenue par des éco-jardiniers locaux travaillant en collaboration. Ce jardin est un espace de production locale dans lequel les éco-jardiniers auront l’occasion d’apprendre les principes de la permaculture, grâce au soutien et aux connaissances apportées par l’association la SEVE.

Donner du sens

Le but d’un Jardin Humain est d’encourager les pratiques écologiques, de donner accès à la connaissance et de favoriser le lien social. Véritable lieu de vie, le Jardin Humain crée une synergie autour des valeurs de partage et de cohésion, et participe ainsi à dynamiser la vie locale en favorisant les relations de voisinage.

Tout au long de l’année, le temps d’aménagement du jardin sera l’occasion de pratiquer les sciences participatives et d’expérimenter le jardinage pour que chacun puisse prendre conscience de la valeur de la Nature. Une remise en question qui passe également par l’accès à une nourriture accessible et saine dont la traçabilité pourra être faite de la graine à l’assiette.

Si vous faites partie d’une collectivité désireuse de créer un espace de partage et de convivialité au sein d’un quartier, vous pourrez tirer de nombreux avantages de la mise en place d’un Jardin Humain.

Chaque projet offre la possibilité de concrétiser certaines dynamiques locales en faveur de l’environnement. Le Jardin Humain présente une opportunité de valoriser un terrain non-utilisé et coûteux pour la collectivité. Par l’utilisation et l’entretien de cet espace, les éco-jardiniers participeront à la réalisation d’économies directes tout en redonnant vie à un terrain auparavant délaissé. Ce projet présente également un attrait touristique, car il valorise le patrimoine de la région, et il pourra être appuyé par des recherches historiques sur les espèces végétales propres aux zones d’implantation des jardins.

Le potentiel pédagogique ainsi apporté par le Jardin Humain pourra être étendu à un vaste public. Grâce à des animations, les écoles pourront bénéficier d’un site grandeur nature pour mettre en œuvre leurs activités pédagogiques. Le Jardin Humain devient alors aussi bien un lieu de rencontres intergénérationnelles que de découverte du vivant.

11229569_10153691859693134_4722493756462389045_o

Créer et accompagner

Porteuse du projet, l’association la SEVE accompagne sa réalisation en apportant les connaissances agricoles ainsi que des outils méthodologiques de gestion de projet, nécessaires à la création du Jardin Humain. Cet accompagnement se fait également par le soutien d’ambassadeurs, adhérents de la SEVE. Ils assurent le lancement et la pérennité du projet en garantissant une bonne communication entre les différents acteurs. Eux-mêmes éco-jardiniers, ils planifient les actions à mettre en place en fonction des besoins des éco-jardiniers et des ressources mises à disposition.

Les principes de la permaculture, sur lesquels est fondé ce projet, permettent de scinder sa réalisation en grandes étapes :

  1. Définition du rêve et charte des éco-jardiniers

Dès la première étape, l’objectif est de réunir un maximum d’éco-jardiniers, qui sont les acteurs principaux du projet : habitants, associations locales ou élus. Ensemble et lors des premiers ateliers ils partagent leur vision du jardin, et définissent les valeurs qu’ils veulent voir associées au jardin humain. La définition de ce rêve mènera à l’écriture d’une charte des éco-jardiniers, signée par toutes les parties prenantes du projet.

  1. Conception et dessin du futur jardin

            La conception du Jardin Humain est une étape clé du projet : les ateliers participatifs organisés sur cette thématique sont basés sur le rêve des éco-jardiniers précédemment établi. Cette phase permet entre autre d’élaborer un diagnostic initial du projet dans le but de prendre le maximum d‘éléments en compte pour le dessin du futur jardin. Ainsi, chaque Jardin Humain est unique, car il correspond à la vision partagée des éco-jardiniers d’un espace idéal, ancrée sur la réalité du terrain.

 

  1. Réalisations de terrain

            La finalisation de la conception globale du site amène les premières réalisations. Elles verront le jour lors de chantiers participatifs de préparation des sols, plantation de végétaux, construction d’un cabanon, etc. Grâce aux jardineries partenaires de l’association et aux cultures réalisées au sein de la ferme de la Cure, la SEVE fournira les premiers semis et plants.

Ces 3 grandes étapes seront récurrentes, tout au long de la vie du jardin. Lorsque les éco-jardiniers auront une nouvelle idée d’amélioration, ces trois étapes seront reprises dans le cadre de ce nouvel aménagement. Ainsi, c’est une démarche d’amélioration continue qui profitera au jardin, tout en amenant les éco-jardiniers à développer leurs connaissances

Relais vers une structure porteuse

            En parallèle de toutes ces actions, la SEVE conserve l’objectif de rendre les éco-jardiniers autonome en 3 ans. Le but est qu’ils puissent créer leur propre structure, telle une association, porteuse de ce projet. Par ce passage de relai, la SEVE entend concrétiser l’engagement des éco-jardiniers pour qu’ils diffusent leurs connaissances et qu’essaiment d’autres Jardins Humains.

 

Mise en place du projet

Accompagner les collectivités

La mise en place des Jardins Humains se fait en collaboration avec les différents acteurs du projet : les éco-jardiniers, la collectivité et l’association la SEVE. Toujours dans son rôle de porteur de projet, l’association la SEVE accompagne l’élaboration et à la mise en place du projet au cœur de la collectivité :

  • Naissance de l’idée et initiation du projet

            Que ce soit en terme d’écologie, de pédagogie, de convivialité ou plus largement de recherche de sens, le Jardin Humain répond à des besoins actuels de la collectivité : Cette première étape est donc importante afin d’identifier ces besoins et rechercher les acteurs moteurs, susceptibles d’initialiser le projet.

  • Choix du terrain et convention de mise à disposition

Le choix du terrain qui accueillera Jardin Humain est une étape incontournable du projet. Beaucoup d’espaces peuvent convenir à l’implantation de ce type de jardin. La nature des sols et sa topologie ne sont généralement pas un problème puisque les principes de cultures agro-écologiques peuvent s’adapter à de nombreux cas de figure. La taille du site importe peu puisque le projet est progressif. En commençant petit, chacun s’approprie le projet : il sera possible de le faire évoluer en fonction des besoins, et du nombre d’éco-jardiniers volontaires.

La mise à disposition du terrain choisi se fera par la signature d’une convention qui permettra de garantir la gratuité d’accès au jardin par les éco-jardiniers. Aucune contrepartie financière n’est donc demandée par la collectivité pour la location du terrain et la commune bénéficie de la mise en valeur d’un terrain délaissé ou inconstructible. La charte des éco-jardiniers pourra être annexée à cette convention définissant ainsi les usages affectés au lieu.

  • Financement et convention d’objectifs et de moyens

Afin d’assurer la pérennité́ du projet, la SEVE multiplie les sources de financement. Le but d’accompagner les éco-jardiniers sur 3 ans et de transmettre le maximum de connaissances. Le budget d’un Jardin Humain est donc basé sur trois ressources financières :

  • une part d’autofinancement par l’association elle-même dans le cas d’un partenariat triennal.
  • des subventions publiques spécifiques à chaque projet.
  • une participation financière annuelle de la collectivité souhaitant le développement de ce projet.

 

Les partenaires

Le projet « Jardin Humain » est d’ores et déjà lancé dans plusieurs communes de la région du Vexin. Comme ces communes, de nombreux partenaires suivent la SEVE, permettant ainsi d’alimenter les jardins en ressources diverses (graines, arbustes matériaux, outils, etc).

Alors il n’y a plus à hésiter ! Contactez-nous au 01 30 33 00 77 ou via la page contact ! Nous serons ravis de vous compter dans notre équipe !

Si vous voulez vous tenir informé de l’avancée du projet, et des nouveaux jardins qui vont émerger dans les prochains mois, inscrivez vous à la news letter de la SEVE !